• Luca Ronconi : la mobilité de l'espace

    Fondement d’une esthétique. Recherche scénographique sur Orlando Furioso, XX, Das Käthchen Von Heilbronn, Utopia, La vida es sueño, Verso Peer Gynt. (1996)

    JEAN-FREDERIC CHEVALLIER

    Compte-rendu de recherche publié dans la revue Registres n° 3, Paris, Septembre 1998. pp. 48-49.

    Editions Médianes. ISBN: 2-908345-75-7. ISSN : 1274-2414.

    Maîtrise d’Etudes Théâtrales dirigée par Georges Banu

     

     

    (ORLANDO FURIOSO, mise en scène de Luca Ronconi)

     

     

    Les premières mises en scène de Ronconi (1963-1969) tendent vers le degré zéro du mouvement scénique. A partir de cette égalité de situation entre la scène et la salle, une esthétique de la mobilité peut se constituer. Orlando Furioso atteste de ce que celle-ci ne concerne pas seulement l’espace scénique mais l’aire de jeu toute entière. Car cette modification de l’espace répétée et excessive est la garantie structurelle de la participation active du spectateur. Telle est la fonction de la mobilité.

    S’établit une relation mimétique et dialectique entre l’espace scénique et l’espace public, l’un et l’autre s’attachant à se transmettre réciproquement un quantum de mobilité – dans le but de faire croître puis d’entretenir celui-ci. Il s’agit là de la mobilité macro-spatiale que l’on distingue de la mobilité micro-spatiale. Cette dernière consiste en une modification réitérée d’un micro-espace (un lieu scénique particulier, un groupe de spectateurs isolé). La structure générale de la mobilité naît des symétries (synchrones, inverses, partielles) qui s’établissent entre macro et micro-espaces publiques et scéniques.

    La visée ultime de la mobilité spatiale est la mise en évidence de la structure dynamique du texte de théâtre. La macro-mobilité s’attache à en décrire la forme alors que la micro-mobilité en dégage de petites significations. Et le sens apparaît dans ce va-et-vient entre macro-signe et micro-significations. Est mis sur pied une sorte d’appareil d’approche du texte de théâtre. Cet appareil est un instrument au service du public : il ouvre spatialement l’œuvre de théâtre et il en rend mobiles les éléments, de sorte que le spectateur (fonctionnellement et structurellement intégré au processus scénographique) participe à son élaboration.

     

     

    Pour obtenir le mémoire (PDF) >> adresser une demande par courriel >> jfchevallier@proyecto3.net

     

     

     


    REVENIR A LA LISTE DES TEXTES PUBLIES



     

     


    Tags Tags: , , , , , , , ,
  • Comments

    1
    Monday 6th September 2010 at 05:32

    I visit this blog so many time,because every time something new,and I read all article your blog, very interesting.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Add comment

    Name / User name:

    E-mail (optional):

    Website (optional):

    Comment: